• France
  • Brésil
  • Portugal

social twitter box blue 32social facebook box blue 32social google box blue 32Youtube icone.4

Prieuré des frères de Pama

Pamaprieure 

Prieuré Saint Kisito

Existe depuis 1988

B.P. 12
PAMA

COMMUNAUTÉ = Tél et Fax : 00.226.40.77.60.13
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
________________________________________

CONSEIL RÉGIONAL AFRIQUE =Tél. : 00 226 40 77 60 82

Histoire du Prieuré

Le Prieuré Saint Kisito de Pama au Burkina, 2ème prieuré des Frères en Afrique de l’Ouest, a été fondé pour accueillir des jeunes du continent africain, voulant devenir Frères Missionnaires des Campagnes. C’est donc la maison de formation pour les premières années de vie religieuse : postulat, noviciat.

Les premiers Frères africains y ont fait la première profession en janvier 1991.

Dès leur arrivée les Frères, ont pris en charge l’animation des communautés chrétiennes naissantes constituées surtout de migrants. A l’époque, elles faisaient partie de la paroisse de Fada N’Gourma, avant que Pama ne devienne paroisse en 1994.

Les Frères dès le début ont aussi participé à des actions de développement rural.

Ils ont toujours le souci (pour eux-mêmes et la communauté chrétienne) de réfléchir au lien entre foi et développement.

En quelques années les Frères ont vu se développer la région. Bon nombre de villages étaient très petits. Le développement de l’activité autour du barrage hydroélectrique de Kompienga, l’arrivée du goudron (1991), de l’électricité (2004), la frontière proche du Bénin ont attiré de nombreux migrants (pour la plupart migrants dans le pays) à la recherche d’activités mais aussi de terres à cultiver.

Depuis 2011, la communauté habite en 2 lieux différents, l’ancien et un nouveau à 2 km. Là se trouve maintenant le noviciat et la maison régionale.

Une communauté de Sœurs des Campagnes avec leur noviciat est présente à un quinzaine de kilomètres à Kompienbiga.

Mission de la communauté

Noviciat

- Accueil des novices.

- Activités de subsistance ou rémunératrices : champ, petits élevages, jardin de légumes, atelier de menuiserie et de soudure. Certaines de ces activités ont aussi un rôle formateur pour les novices.

- Maison de la région où réside le Prieur régional, où se vivent beaucoup de rencontres régionales et où passent bon nombre de Frères : c’est en quelque sorte la maison mère pour la région Afrique.

- Responsabilité de la paroisse : le territoire confié aux Frères pour les activités pastorales est très vaste. (environ 100 km de rayon)

Certaines communautés sont faciles d’accès ; d’autres sont inaccessibles à la saison des pluies et n’ont que rarement la possibilité de célébrer l’Eucharistie. L’accueil est enthousiaste dès l’entrée du village lorsqu’un célébrant peut venir. Des catéchistes titulaires plus de nombreux volontaires participent à l’animation des communautés.

Les C.C.B. : Une des priorités de l’Église du Burkina est de promouvoir dans les villages et les quartiers des CCB (Communautés Chrétiennes de Base), pour qu’elles soient des lieux de rencontre de prière, de partage de la parole de Dieu ; des lieux où tout ce qui concerne la vie des familles et du quartier peut-être présenté et pris en charge (il y en a 20 sur la paroisse).

Les populations qui viennent de l’ensemble du Burkina contribuent à un accroissement parfois rapide du nombre de chrétiens. Les chapelles sont rapidement trop petites. Plusieurs communautés ont un projet de construction nouvelle. Tous les chrétiens participent de leurs mains à cette construction.

- Formation des animateurs des communautés chrétiennes.

- Animation de mouvements de jeunes : CVAV (Cœurs Vaillants et Âmes Vaillantes), JAC, JEC.

- Accompagnement de malades dans le cadre d'une association.

- Participation à des actions de développement : alphabétisation, puits. Ces actions se font en lien avec la Caritas diocésaine, le fonds national pour l’enseignement et l’alphabétisation. (Je m'engage à faire l'alpha)

Evenements :

Visite de l'évêque (juillet 2012)

Exode rural, la "terre promise" ? par Fr Joseph-Marie Ilboudo

ImprimerE-mail